Philippe Pétain
Pétain - portrait photographique.jpg
Portrait photographique de Pétain, 1941

chef de l'état français
Mandat 10 juillet 1940  -
3 juin 1944
Prédécesseur Albert Lebrun
( IIIe République française )
Successeur Charles de Gaulle ( Gouvernement provisoire de la République française )

Premier ministre français
Mandat 16 juin 1940  -
17 avril 1942
Prédécesseur Paul Reynaud
Successeur Pierre Laval

ministre de la guerre
Mandat 9 février 1934  -
8 décembre 1934
Prédécesseur Joseph Paul Boncour
Successeur Louis Maurin

25e chef d'état-major de l' armée de terre
Mandat 30 avril 1917  -
16 mai 1917
Prédécesseur Robert-Georges Nivelle
Successeur Ferdinand Foch

Données GENERALES
Faire la fête Indépendant
Qualification pour l'éducation Académie militaire
Université École spéciale militaire de Saint-Cyr
Profession Militaire , politique
Signature Signature de Philippe Pétain
Philippe Pétain d'Andorre
Philippe Pétain.jpg
Le prince Philippe Pétain
Coprince d'Andorre
Blason
En charge 10 juillet 1940 - 3 juin 1944
Prédécesseur Albert Lebrun
Successeur Charles de Gaulle
Nom et prénom Henri-Philippe-Omer Pétain
Traitement Son Excellence
Naissance Cauchy-à-la-Tour ( France ), 24 avril 1856
Décès L'Île-d'Yeu ( France ), 23 juillet 1951
maison royale Pétain
Père Omer Venant Pétain
Mère Clotilde Lengrad
Épouse Annie Pétain
Fils Pierre de Hérain
La religion catholique

Henri-Philippe-Omer Pétain ( AFI : / ɑ̃ˈʁi fiˈlip ɔˈmɛʁ peˈtɛ̃ / ; Cauchy-à-la-Tour , 24 avril 1856 - L'Île-d'Yeu , 23 juillet 1951 ) était un général et homme politique français . Général très apprécié pendant la Première Guerre mondiale , Maréchal de France , il fut à la tête du gouvernement collaborationniste de Vichy de 1940 à 1944 , suite au second armistice de Compiègne .

Biographie

Issu d'une famille d'agriculteurs actifs depuis le XVIIIe siècle dans la commune de Cauchy-à-la-Tour, où il est né, il est le fils d'Omer-Venant Pétain (1816-1888) et de Clotilde Legrand (1824-1857) . Il a quatre sœurs, Marie-Françoise Clotilde (1852-1950), Adélaïde (1853-1919), Sara (1854-1940) et Joséphine (1857-1862). Après le décès de sa mère, son père se remarie avec Marie-Reine Vincent et ensemble ils ont trois autres enfants, Elisabeth (1860-1952), Antoine (1861-1948) et Laure (1862-1945).

La relation entre Philippe et sa belle-mère n'a jamais été bonne, car elle a négligé les enfants du premier mariage de son mari et le petit Philippe s'isole dans une sorte de silence dès l'âge de trois ans. Il a ainsi été élevé par ses grands-parents qui lui ont appris à lire. Les siens étaient de fervents catholiques et plusieurs oncles et grands-oncles devinrent abbés (en particulier le Père Lefevbre, qui mourut centenaire et fit partie de l'armée napoléonienne), et fut aussi un parent de saint Benoît Giuseppe Labre . C'est son oncle éloigné, l'abbé Legrand, qui le pousse à devenir soldat, après la défaite de la France dans la guerre franco-prussienne .

La carrière militaire

Les débuts

Il s'engage à l'âge de vingt ans et est formé à l' École spéciale militaire de Saint-Cyr , académie militaire dans laquelle il étudie sans exceller particulièrement. [1] Parmi ses camarades de classe figurent Charles de Foucauld et Antoine-Amédée-Marie-Vincent Manca-Amat de Vallombrosa, dit le marquis de Morès (1858-1896). Il avait plusieurs commandements, aucun d'entre eux sur le théâtre des opérations, bien qu'à l' époque coloniale , il y avait un besoin de jeunes officiers sur différents fronts militaires.

Enseignement militaire et innovations tactiques

Affecté en 1900 à l' École de tir de Châlons , il entre en conflit avec le directeur, prônant une doctrine axée sur la précision plutôt que sur le volume de tir. L' année suivante, il est professeur auxiliaire à l' école de guerre et entre en conflit avec Ferdinand Foch qui, considéré à cette époque comme le théoricien le plus précieux de l'armée française, est un adepte des théories offensives de von Clausewitz et est l'auteur des Principes. de la guerre et la conduite de la guerre ; malgré cela, il fut bientôt nommé professeur titulaire de tactique d' infanterie, enseignant de 1904 à 1907 et de 1908 à 1911 .

Dans ce rôle, il fut l'un des artisans d'une petite révolution, bouleversant avec Foch l'approche délicieusement défensive des troupes à pied, en vertu d'une théorie tactique qui, depuis 1867 , liait les commandements à un usage peu utile et très sanglant de l'infanterie. À une époque où l'infanterie était encore l'arme la plus décisive, Pétain prônait une utilisation plus agressive des forces, théorisant que seule l'offensive pouvait produire la victoire. D'autres de ses élaborations contestaient la disposition, introduite dans une codification de 1901, d'effectuer de grosses charges à la baïonnette .

En 1912 , à Arras , il est le premier commandant d'un sous-lieutenant nouvellement nommé , dont la carrière et la renommée n'en auraient pas moins souri de manière significative : Charles de Gaulle . En 1913 , il devient très impopulaire parmi les hautes hiérarchies de l' armée exprimant de vives critiques sur une attaque malheureuse ordonnée par le général Gallet, menée à la baïonnette contre des positions de mitrailleuses avec des résultats cruels. En effet, il a décrit cet ordre comme un exemple négatif d'une des erreurs tactiques qui ne devraient plus jamais être commises. [2] Il a proposé la manœuvre et la mobilité des troupes, contre la statique imposée par les hauts commandements.

En juillet 1914 , à 58 ans, colonel , il se voit refuser la nomination de général et envisage de prendre congé lorsque la Première Guerre mondiale éclate . Commandant de brigade, il obtint de bons résultats en Belgique , montant progressivement en grade jusqu'à général dans le corps d'armée . Il a acquis une forte influence sur les troupes, se montrant, de manière novatrice, particulièrement soucieux de sauver le plus possible la vie des soldats.

Verdun

En février 1916 , il est à Verdun à la tête du front français dans une bataille cruciale , où il arrête l'avance allemande . Outre la résistance héroïque du fort de Vaux et de son commandant Raynal [3] hautement décoré , le charisme et le sens stratégique de Pétain comptent parmi les facteurs décisifs.

En effet, concernant cette bataille, ses intuitions sur la coordination des actions de l'armée de l'air (il avait vivement souhaité la création de la première division de chasse aérienne pouvant apporter du secours du ciel) avec celles de la logistique restent remarquables : le mémorable La " Voie Sacrée " ( via sacra ) [4] servait à apporter des ravitaillements et des renforts continus sur la ligne de front et à secourir les blessés, en maintenant constamment à un niveau élevé la capacité opérationnelle et le moral des troupes, tandis que sur le front opposé une organisation différente faisait n'empêche pas l'affaiblissement progressif des potentiels offensifs et motivants.

Victoire dans la Grande Guerre

8 décembre 1918 : Pétain est nommé maréchal de France par le président Raymond Poincaré (à droite au premier plan) et par le premier ministre Georges Clemenceau , au second plan avec une épaisse moustache. Derrière Pétain de gauche à droite : les maréchaux Joseph Joffre et Ferdinand Foch , le général Douglas Haig et le général John Pershing .
Philippe Pétain
Philippe Pétain (avant 1918) .jpg
NaissanceCauchy-à-la-Tour , 24 avril 1856
DécèsL'Île-d'Yeu , 23 juillet 1951 (95 ans)
Causes de décèsNaturel
Lieu de sépultureCimetière de Port-Joinville ,
L'Île-d'Yeu
Données militaires
Pays desserviDrapeau de la France (1794-1815) .svg France
Force arméeArmée française
ArmeArmée de terre
Des années de service1876 ​​- 1931
DiplômeGénéral de corps d'armée
GuerresPremière Guerre mondiale Guerre du
Rif
BataillesBataille de Verdun
Commandant deCharles de Gaulle
DécorationsGrand Maître de l'Ordre de la Légion d'Honneur
Médaille militaire
Croix de Guerre 1914-1918
Maréchal de France
Études militairesÉcole spéciale militaire de Saint-Cyr
voix militaires sur Wikipédia

Le 1er mai, Pétain est remplacé par le général Nivelle à la tête de la 2e armée . Nivelle, moins attentif à la sauvegarde de ses troupes, est un prometteur commandant en chef des armées françaises et remplace Joseph Joffre [5] à ce poste , tandis que Pétain se voit offrir le poste, créé spécialement pour lui, de chef d'état-major général.

A l'aube du 16 avril 1917 , sous les ordres de Nivelle, commence la bataille du Chemin des Dames , la deuxième bataille de l'Aisne , qui se révèle bientôt être une défaite désastreuse, capable de coûter cent mille pertes dans la seule première semaine. et trois cent cinquante mille au total [ 6 ] , pour un gain de terrain totalement négligeable et insignifiant. La véritable défaite fut interne, celle-ci étant la principale cause des mutineries de 1917, qui vient bouleverser les deux tiers des unités françaises. Fort de la confiance que lui reconnaissent les troupes, notamment pour s'être distingué dans la sauvegarde de la vie de ses soldats, Pétain est appelé d'urgence pour remplacer Nivelle, entre-temps envoyé dans les colonies africaines .

Pétain a difficilement restauré un certain moral, calmé une grande partie du mécontentement et rétabli la loyauté hiérarchique , n'ayant effectué, malgré de fortes pressions politiques , qu'une partie des exécutions (les condamnations à mort réellement exécutées auraient été d'environ 60-70, selon l'historien Guy Pedroncini , comparé aux 554 infligés par la cour martiale ). Mais surtout, la reconquête du Chemin des Dames a su rassurer et réconforter les soldats, rapidement obtenue avec des pertes minimes et des risques très faibles.

Pétain s'enorgueillit cependant d'illustres détracteurs en Foch, Joffre et Clemenceau , qui l'accusent de défaitisme et de peu de propension à attaquer. Devenu coordinateur de facto des troupes alliées, il est cependant ignoré par celles-ci au moment même où il propose une poussée meurtrière à l'Allemagne, qui aurait été à la portée des Alliés et facilement réussie [ sans source ] . Au lieu d'attaquer, la décision fut prise d'accepter la demande d' armistice .

Un après-guerre prestigieux

Nommé le 19 novembre 1918 maréchal de France [7] , il est élu membre de l' Académie des sciences morales et politiques et le 14 septembre 1920 il peut enfin épouser Eugénie Hardon, dont il avait demandé la main avec confiance en 1901 Il combattra ensuite de nouveau au Maroc , en 1925-1926 , à la tête d'une coalition franco-espagnole composée d'environ 350 000 hommes, contre les Berbères d' Abd el-Krim qui luttaient contre le colonialisme dans le Rif . La victoire a également été obtenue grâce à l'utilisation d' armes chimiques .

Pétain en 1930

Le 20 juin 1929 , Pétain est élu à l'unanimité à l' Académie française . Il est ministre de la Guerre du 9 février au 8 décembre 1934 , sous la présidence de Gaston Doumergue ; évincé à l'occasion d'un « remaniement », sa popularité grandit considérablement et, en 1935 , Gustave Hervé lance une campagne pour soutenir le cri de « C'est Pétain qu'il nous faut » . Nommé président du Conseil supérieur de la guerre , organe similaire au Conseil supérieur de la défense italien, à ce titre cette fois entérine des choix stratégiques d'orientation défensive, face à de Gaulle qui propose plutôt un renforcement du potentiel offensif, par exemple par l'adoption massive du char ; il soutient donc Joffre et "sa" Ligne Maginot .

VichyFrance

L'emblème officiel de Pétain à la tête de l'Etat français.

Le 2 mars 1939 , il est envoyé comme ambassadeur en Espagne auprès du caudillo Francisco Franco , et y reste également pendant les premiers mois de la Seconde Guerre mondiale , jusqu'à l' éclatement du front par les Allemands en mai 1940 . Pétain est alors rappelé dans son pays natal et nommé vice-président du Conseil par le Premier ministre Paul Reynaud [8] .

Peu de temps après, le 14 juin 1940, la France est occupée et les institutions doivent se réfugier à Bordeaux . Deux jours plus tard, Reynaud démissionne, désignant en Pétain, fervent partisan de l'opportunité de demander l' armistice , son successeur idéal. Le président de la république Albert Lebrun lui a confié la tâche, saluée par Charles Maurras comme une « divine surprise ». Le 22 juin, la France signe l'armistice à Rethondes . Le 29 juin, la ville de Vichy , en territoire inoccupé, est choisie comme siège du nouveau gouvernement. Le 10 juillet, les Chambres se sont réunies au casinode Vichy a également conféré à Pétain le poste de chef de l'Etat et les pleins pouvoirs pour la rédaction d'une nouvelle constitution . Les chambres n'ont pas été dissoutes et les autres partis n'ont pas été interdits, mais en fait le parlement n'a plus été convoqué.

Pétain établit rapidement un régime soutenu par les mouvements fascistes, nationalistes et monarchistes présents en France. Jusqu'au 11 novembre 1942 , le gouvernement de Vichy resta formellement étranger aux actions de guerre et fut officiellement considéré comme un État neutre entretenant des relations diplomatiques avec les deux factions, de l'Allemagne aux États-Unis. Ce n'est qu'après l'opération Anton lancée par les Allemands qu'il se retrouve en guerre, mais presque sans pouvoir, avec une soumission directe aux Allemands. Il est chef de l'État et Premier ministre de l'État collaborationniste jusqu'au 18 avril 1942 (jour où il cède le poste à Pierre Laval ), dirigeant cinq cabinets, et reste chef de l'État jusqu'en 1944 .

Le 20 août 1944, Pétain, qui démissionne, est contraint par les Allemands de quitter la France pour s'installer dans le sud-ouest de l'Allemagne, à Sigmaringen .

Après la guerre

Rencontre avec Adolf Hitler en 1940

A la fin de la guerre, Pétain fuit Sigmaringen le 24 avril 1945 , quelques heures avant que les troupes alliées n'entrent dans la ville, et se forment à la frontière suisse, à Vallorbe . Le 26, il est remis aux autorités françaises.

Le processus

Il a été accusé de trahison et de collaboration avec l'ennemi. Un procès lui fut alors intenté qui, à certains égards, se caractérisa par des lacunes flagrantes de la justice, comme l'historien français Robert Aron dut le constater .

« En fait, on a l'impression, en relisant ces actes maintenant, qu'il y a eu de nombreuses lacunes dans la justice. De nombreux témoins ne sont même pas entendus, comme les anciens collaborateurs directs du Maréchal à Vichy, Rochat et Dumoulin de la Barthète, réfugiés en Suisse, dont le Gouvernement ne demande même pas l'extradition. L'interrogatoire lui-même s'est déroulé sans méthode, dans le désordre : Pétain n'a été interrogé ni sur sa politique en Afrique, ni en Syrie, ni sur son attitude à l'égard de l'Alsace, ni de l'Indochine, points essentiels pour comprendre les difficultés et les limites profondes du gouvernement de Vichy . "

( Robert Aron [9] )

Au cours du procès, Pétain a affirmé s'être "sacrifié pour la France", affirmant que sans son action, l'ensemble du territoire français se serait retrouvé entre les mains des Allemands, avec des conséquences encore pires pour les citoyens.

« Pendant ce procès, j'ai voulu me taire volontairement, après avoir expliqué aux Français les raisons de cette attitude. Mon seul souci, mon seul remède, était de rester avec lui sur le sol français selon ma promesse, pour essayer de le protéger et d'alléger ses souffrances. Quoi qu'il arrive, le peuple ne l'oubliera pas. Elle sait que je l'ai défendue comme j'ai défendu Verdun. Messieurs assermentés, ma vie et ma liberté sont entre vos mains, mais je confie mon honneur à la Patrie. Vous disposez de moi selon votre conscience. Le mien n'a rien à me reprocher, car durant une vie déjà longue, ayant atteint mon âge et au seuil de la mort, j'affirme que je n'ai d'autre ambition que de servir la France."

( Philippe Pétain pour sa défense [10] )

La ligne de défense n'est pas convaincante et il est condamné à mort , mais, contrairement à son Premier ministre, Pierre Laval , qui est rapidement envoyé pour être fusillé, la peine est commuée en réclusion à perpétuité par Charles de Gaulle , compte tenu de son âge et parce que hautement décoré pour sa vaillance militaire pendant la Première Guerre mondiale.

Mort en prison

A 89 ans, il est incarcéré au Fort du Portalet , dans les Basses-Pyrénées du 15 août au 16 novembre 1945. Il est ensuite transféré au Fort de Pierre-Levée à L'Île-d'Yeu , et son état s'aggrave au fil des ans. temps. Six ans plus tard, le 8 juin 1951, le président Auriol, informé que Pétain avait peu à vivre, commua son incarcération en hospitalisation mais était trop grave pour être transféré dans un hôpital de Paris ; il mourut quelques semaines plus tard dans un appartement de Port-Joinville, recevant - à l'article de la mort - le rejet par le gouvernement français de sa demande d'accepter sa dépouille à l'ossuaire de Verdun. Le Maréchal de France est ensuite inhumé au cimetière de Port-Joinville, chef-lieu de L'Île-d'.

Après la Seconde Guerre mondiale, Pétain devient un symbole de l' extrême droite française , étant la référence non seulement des nostalgiques de son gouvernement, mais aussi des jeunes nationalistes , jusqu'à la guerre d'Algérie .

Honneurs

distinctions françaises

Grand Maître de l'Ordre de la Légion d'honneur - ruban pour uniforme ordinaire Grand Maître de l'Ordre de la Légion d'Honneur
Médaille militaire - ruban pour uniforme ordinaire Médaille militaire
Croix de Guerre 1914-1918 - ruban pour uniforme ordinaire Croix de guerre 1914-1918
Médaille commémorative de la bataille de Verdun - ruban pour uniforme ordinaire Médaille commémorative de la bataille de Verdun

Distinctions étrangères

Croix de la Liberté pour le commandement militaire de la classe I - ruban pour uniforme ordinaire Croix de la Liberté pour le commandement militaire de 1ère classe
Collier de l'Ordre de Charles III - ruban pour uniforme ordinaire Collier de l'Ordre de Charles III
- 1919
Chevalier de l'Ordre de l'Aigle blanc (Pologne) - ruban pour uniforme ordinaire Chevalier de l'Ordre de l'Aigle Blanc (Pologne)
- 1921
Chevalier de la Grand-Croix de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges - ruban pour uniforme ordinaire Chevalier de la Grand-Croix de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges
Grand Cordon de l'Ordre du Dragon d'Annam - ruban pour uniforme ordinaire Grand Cordon de l'Ordre du Dragon d'Annam
Chevalier de la Grand-Croix de l'Ordre Royal du Cambodge - ruban pour uniforme ordinaire Chevalier de la Grand-Croix de l'Ordre Royal du Cambodge
Chevalier Grand-Croix de l'Ordre de l'Étoile du Karađorđević (classe militaire) - ruban pour uniforme ordinaire Chevalier Grand-Croix de l'Ordre de l'Étoile du Karađorđević (classe militaire)

Noter

  1. 403e sur 412 au classement d'admission, il est classé 229e sur 336 au classement final.
  2. ^ "Le général vient de nous montrer toutes les erreurs à ne pas commettre".
  3. Plusieurs fois blessé au combat et désormais mutilé, Raynal obtient le commandement de cet ancien fort abandonné et presque désarmé, redevenant subitement stratégique en raison de l'ampleur inattendue de l'avancée germanique ; il est aujourd'hui considéré comme une figure héroïque de grande notoriété en France.
  4. Selon la définition de Maurice Barrès , la route départementale entre Bar-le-Duc et Verdun reliait le front à l'arrière, dans laquelle des structures d'appui très utiles comme des hôpitaux, des armureries et autres terrains de service ont été mises en place en très peu de temps.
  5. Joffre, devenu célèbre pour la première bataille de la Marne , avait été un partisan enthousiaste du plan XVII avec Foch , qui s'est avéré plus tard gravement insuffisant.
  6. Dont certains départements britanniques que Lloyd George avait confiés à Nivelle.
  7. Ce titre n'a pas été révoqué même après le procès de Vichy et demeure sa prérogative.
  8. Le 16 mai, Franco lui avait en vain conseillé de ne pas rejoindre ce cabinet.
  9. Robert Aron, « Le procès et la mort de Pétain », in Histoire illustrée n°125 Année 1968, pag. 80
  10. Robert Aron, Procès et mort de Pétain , in Histoire illustrée n°125 Année 1968, pag. 81

Bibliographie

  • Cesare Giardini , Le procès Pétain , série La Seconde Guerre mondiale, recueil de mémoires, journaux et études, Milan, Rizzoli, 1947.
  • Alfred Fabre-Luce, La vérité sur le général De Gaulle et la défense du maréchal Pétain , Série Polemica n.4, Rome, Editori Riuniti, 1947.
  • Louis Rougier, Mission secrète à Londres , traduction de Cesare Reisoli, Série La Seconde Guerre mondiale, Milan-Rome, Rizzoli, 1947.
  • ( FR ) Louis Noguères , Le Véritable Procès du Maréchal Pétain , Paris, Librairie Arthème Fayard, 1955.
  • Glorney Bolton, Pétain , série Il Cammeo, Milan, Longanesi, 1958.
  • ( FR ) Jean-Raymond Tournoux, Pétain et De Gaulle : un demi-siècle d'histoire non officielle , Paris, Plon, 1964.
  • Richard M. Watt, Appelez ça une trahison. L'histoire de trente années de corruption politique et d'incompétence militaire qui ont conduit l'armée française à la mutinerie de 1917 ; la vérité sur les décimations ordonnées par Pétain. Introduction par le colonel John Elting , Milan, Longanesi, 1966.
  • Lorenzo Bocchi, Pétain , La série contemporaine réalisée par Enzo Biagi, Della Volpe Editore, 1967.
  • ( FR ) Jacques Isorni, Philippe Pétain , La Table Ronde, 1972.
  • Herbert R. Lottmann, Pétain. Héros ou traître ? , traduit par Erica Joy Mannucci, Milan, Frassinelli, 1985.
  • ( FR ) Marc Ferro , Pétain , Paris, Fayard, 1987, ISBN  978-2-213-01833-1 .
  • ( FR ) Paul Webster, Le Crime de Pétain. L'histoire complète de la collaboration française dans l'Holocauste , Ivan R. Dee, 1982-1990.
  • Yves Durand, Le nouvel ordre européen. Collaboration en Europe allemande (1938-1945) , Série Bibliothèque historique, Bologne, Il Mulino, 2002.

Articles connexes

Autres projets

Liens externes

Prédécesseur chef de l'Etat français Successeur Drapeau de Philippe Pétain, Chef d'Etat de Vichy France.svg
Albert Lebrun
Président
1940 - 1944 Charles de Gaulle
Prédécesseur Coprince d'Andorre Successeur Drapeau d'Andorre.svg
Albert Lebrun 1940 - 1944 Charles de Gaulle