Jurij Nikolaevič Tynjanov

Jurij Nikolaevič Tynjanov ( en russe : Ю中рий Николалевич Тыняянов?; Rēzekne , 18 octobre 1894 - Moscou , 20 décembre 1943 ) était un écrivain , philologue , critique littéraire , traducteur et scénariste soviétique .

Biographie

Plaque commémorative sur la façade du gymnase pour hommes de Pskov

Jurij Tynjanov est né à Režic, dans le gouvernorat de Vitebsk, dans une famille de la bourgeoisie israélite (son père était médecin) [1] . Au moment de sa naissance, la région natale faisait partie de l' empire russe , tandis que maintenant la ville de Režic appartient à l'est de la Lettonie avec le nom de Rēzekne , et Vitebsk, avec le nom de Viciebsk , est en Biélorussie . Il fréquente avec succès le lycée de Pskov , où il compte parmi ses camarades de classe Lev Aleksandrovič Zil'ber, qui deviendra un important microbiologiste, frère tour à tour du savant Veniamin Kaverin et d'Elena Aleksandrovna Zil'bera, qui deviendra l'épouse de Jurij Tynjanov.[2] . En 1914, il s'inscrit à la faculté de philologie classique de l' Université d'État de Saint-Pétersbourg où il est l'élève du linguiste Baudouin de Courtenay , assiste aux séminaires sur Pouchkine tenus par Vengerov et fréquente les cercles culturels littéraires où il a des moyens de connaître, entre autres d'autres, Šklovskij et Ėjchenbaum [3] . Shklovsky parlera à Serena Vitale du jeune Tynjanov:

«Il y avait, avec nous, Yuri Tynjanov. Il était un peu plus jeune que moi. Et il a mieux étudié que moi, il a passé tous les examens... Je garde ses livres avec amour. Sur l'une, il y a cette dédicace : « Si je ne t'avais pas rencontré, ma vie aurait été vaine. Mais c'était une belle vie. Ce n'est pas nous qui nous inventons, c'est le temps qui nous invente, nous invente puis nous maltraite. Yuri écrivait des vers, de beaux vers dans le style de Deržavin , il adorait Kjuchel'beker , la poésie de l'époque Pouchkine. Il comprenait profondément la poésie, il parlait de la "densité" du vers. Il disait que la parole poétique, en vertu de la force de concentration du vers, devient plus "capable" de la parole prosaïque."

( Viktor Šklovskij Témoin d'une époque : conversations avec Serena Vitale, Rome, Editori réunis, 1979, pp. 43-44 )

Avec Shklovskij et Ėjchenbaum, Jurij Tynjanov vers 1916 était parmi les fondateurs et les principaux animateurs de l' OPOÂZ (Société pour l'étude de la langue poétique), le cercle qui, avec le Cercle linguistique de Moscou de Roman Jakobson , donna plus tard naissance à l'école. dit « formalisme russe » actif entre 1916 et 1925 [4] [5] . Plus tard, en février 1921, il fut l'un des fondateurs du groupe I Fratelli di Serapione .

Timbre commémoratif émis en 1994 pour le centenaire de la naissance de Tynjanov
Affiche du film Lieutenant Kiže

Après avoir obtenu son diplôme (1919), de 1918 à 1921, Tynjanov travailla au Komintern comme traducteur du français, de 1921 à 1930, il enseigna l'histoire de la poésie russe à l'Institut d'histoire des arts de Leningrad [6] . Certains essais littéraires importants [7] [8] [9] remontent à cette période . En 1928 , il édite l'édition des oeuvres de Velimir Chlebnikov . Cependant, Shklovskij a commenté au début des années soixante : «Les travaux théoriques de Yuri Tynjanov depuis près de trente ans n'ont pas été publiés et ne sortent que maintenant; avant qu'ils ne soient ni reconnus ni discutés." [dix]. À partir de 1925, il débute également son activité dans la fiction avec la publication du roman Kjuchlja , sur la vie de Küchelbecker , un décembriste et ami de Pouchkine [11] . La publication de Kyuchlja a eu lieu grâce au soutien de Čukovskij [12] . Devenu prosateur, il publie après Kyuchlja Tynjanov Le Vazir-Muchtar , sur les événements tragiques du dramaturge Griboedov , ambassadeur de Russie à Téhéran en 1825 [13] , et écrit quelques longs récits [14] [15] . De 1927 à 1934, Tynjanov a également traduit le poème deHenri Heine . Vers 1925, Tynjanov commence également à travailler au cinéma, d'abord comme consultant aux studios de Leningradkino, puis comme scénariste [4] . À partir de la fin des années 1920, la sclérose en plaques , dont Tynjanov souffrait depuis son plus jeune âge, entraîna une perte progressive de sa capacité de travail. L'ouvrage auquel il consacrera le plus d'attention fut le roman historique Pouchkine , dont les deux premiers volumes, consacrés à l' enfance et à l'adolescence du poète au début du XIXe siècle en Russie , furent publiés en 1936 [16]., un troisième volume en 1939, d'autres fragments sont sortis à titre posthume ; le roman est cependant resté inachevé car Tynjanov a été prévenu par la maladie invalidante et qui a conduit à sa mort [17] . De l'avis d' Ettore Lo Gatto , « le monde intellectuel social et politique des années de formation du poète est décrit avec une si parfaite adhésion à la réalité historique qu'il fait penser davantage aux souvenirs d'un contemporain qu'à l'imagination d'un romancier, qui [ .. .] a su ajouter une chaleur évocatrice qui fait de son livre l'un des chefs-d'œuvre du genre" [18]

Son intérêt pour le cinéma sera d'abord théorique. Dans l'article de 1927 traduit en italien sous le titre Les Bases du cinéma, il reconnaît dans le cinéma un laboratoire expérimental de formes expressives visant à la construction d'un discours poétique nouveau et puissant [19] . Dans Avant-garde et tradition il s'intéressera à la valeur esthétique des techniques cinématographiques, comme le montage [9] . La collaboration avec Kozincev et Trauberg , les deux fondateurs du laboratoire d'avant-garde de la FEKS (Fabrique de l'acteur excentrique), le conduira à travailler comme scénariste dans les films Le Manteau et SVD [4] .

Œuvres

Essais
  • ( RU ) Dostoïevski et Gogol '(essai sur la théorie de la parodie) [ en russe : Достоевский и Гоголь (к теории пародии) ? , translittéré : Dostoevskij i Gogol '(k theorii parodii) ], Petrograd, Opoâz, 1921.
  • Le problème du langage poétique [ en russe : Проблема стихотворного языка ? , translittéré : Problema stihotvornogo âzyka ], traduction de Giovanni Giudici et Ljudmila Kortikova, Milan, Il saggiatore, 1968 [1924] .
  • Avant-garde et tradition [ en russe : Архаисты и новаторы ? , translittéré : Arhaisty i novatory ], traduction de Sergio Leone, Introduction de Viktor Shklovskij, Bari, Dedalo libri, 1968 [1929] .
  • Formalisme et histoire littéraire. Trois études sur la poésie russe , traduction de Maria Di Salvo, Turin, Einaudi, 1973.
  • Le concept de construction [ Problema stichotvornogo jazyka ], Leningrad 1924, pp. 7-11. Traduction de Gian Luigi Bravo] [20] .
  • Les bases du cinéma [ Ob osnovach kino ], in Poetika kino , Moscou, 1927] [19] .
  • Évolution littéraire [ O literaturnoj evoljucii ], in Archaisly i novatory , Leningrad 1929, pp. 30–47. Traduction par Remo Faccani [21] .
  • (Avec Roman Jakobson), Problèmes de l'étude de la littérature et de la langue [ Problemy izučenija literatury i jazyka ], in «Novyj Lef», 1928, n. 12, p. 35–37. Traduction par Vittorio Strada [22] .
Des romans
  • Kyuchlya [ en russe : Кюхля ? , translittéré : Kûhlâ ], traduction d'Agnese Accattoli, Pesaro, Metauro, 2004 [1925] , ISBN  88-87543-29-1 .
  • Le Vazir-Muchtar [ en russe : Смерть Вазир-Мухтара ? , translittéré : Smert 'Vazir-Muhtara , littéralement : La mort de Vazir-Muchtar ], traduction de Giuliana Raspi, Milan, Silva, 1961 [1929] .
  • ( RU ) Pouchkine [ Russe : Пушкин ? _ , translittéré : Pouchkine ], Leningrad, Hudožestvennaâ literatura, 1936.
Histoires
  • Lieutenant Entities [ en russe : Подпоручик Киже ? , translittéré : Podporučik Kiže ], traduction de Daniela Di Sora, Florence, Editoriale Sette, 1984 [1930] .
  • JN Tynjanov, sous-lieutenant susmentionné ; Le jeune Vitusisnikov [ en russe : Подпоручик Киже ? , translittéré : Podporučik Kiže ; en russe : Малолетный Витушишников ? , translittéré : Maloletnyj Vitušišnikov ], édité par Victor Zaslavsky, traduit par Renzo Oliva et Giuliana Raspi, Note de Giuliana Raspi, Palerme, Sellerio, 1984 [1930-1933] .
  • JN Tynjanov, Cire [ en russe : Восковая персона ? , translittéré : Voskovaâ persona ], édité par Igor Sibaldi, traduction par Igor Sibaldi , Rome, Editori réunis, 1986 [1931] , ISBN  88-359-3014-6 .
Scénarios

Noter

  1. ^ A. Maver, Encyclopédie Treccani .
  2. ^ A. Belinkóv, 1961 .
  3. ^ Conversation Šklovskij-Vitale, 1968 , p. 124-26 .
  4. ^ un bc D. Dottorini , Encyclopédie du cinéma .
  5. ↑ V. Šklovskij , Il était une fois , p. 200-216 .
  6. ^ VA Kaverin, 1962 .
  7. ^ Dostoïevski et Gogol', 1921 .
  8. ^ Le problème du langage poétique, 1924 .
  9. ^ un b Avant-garde et tradition, 1929 .
  10. ↑ V. Šklovskij , Il était une fois , p. 207-8 .
  11. ^ Kjuchlja, 1925
  12. ↑ V. Šklovskij , Il était une fois , p. 209 .
  13. ^ Le Vazir-Muchtar, 1929 .
  14. ^ Sous-lieutenant Kiže, 1930 .
  15. ^ Personne de cire, 1931 .
  16. ^ Pouchkine, 1936 .
  17. ↑ V. Šklovskij , Il était une fois , p. 209-210 .
  18. Ettore Lo Gatto, « Pouchkine » , in Dictionnaire Bompiani des œuvres et des personnages , VII, Milan, RCS Libri, 2005, p. 7695.
  19. ^ a b Dans les formalistes russes du cinéma, 1971 , pp. 53-85 .
  20. In Todorov, Les formalistes russes , pp. 117-124 .
  21. In Todorov, Les formalistes russes , pp. 125-144 .
  22. In Todorov, Les formalistes russes , pp. 145-151 .
  23. ^ The Coat-Shinel , sur Internet Movie Database , IMDb.com. Consulté le 17 juin 2022 .
  24. ^ SVD , sur la base de données de films Internet , IMDb.com. Consulté le 17 juin 2022 .
  25. ^ Lieutenant Kiže , sur Internet Movie Database , IMDb.com. Consulté le 17 juin 2022 .

Bibliographie

Autres projets

Liens externes